Histoire de Cangé

Découvrez l'Histoire du Château de Cangé et de ses propriétaires.

Faites défiler la frise en bas de la page pour avancer dans le temps.;xNLx;Passez la souris sur une vignette pour faire apparaitre un bouton "suite". En cliquant dessus vous pourrez accéder à des informations complémentaires ( textes, images, vidéos...);xNLx;Pour sortir, cliquez simplement en dehors du cadre.;xNLx;;xNLx;Bonne navigation.

1100-12-01 00:00:00

Cangé au Moyen Âge 

Au départ, le territoire de Cangé faisait partie de la grande forêt de Breschenay, qui se déployait entre le Cher et l'Indre (à peu près depuis Azay-sur-Cher jusqu'à Ballan-miré), et relevait juridiquement de l'Archevêque de Tours. Au XIIème siècle, un défrichement est entamé et la forêt de Breschenay est peu à peu divisée en plusieurs parties, dont Cangé, ensemble de terres labourables, de bois, de vignes et de pêcheries, qui devient le lieu où s'établira le seigneur du fief de Vençay, alias Saint-Avertin.

1200-12-01 00:00:00

Les seigneurs d'Andigné 1200-1400

1200-1400 : Le fief de Cangé appartient au suzerain, l’Archevêque de Tours, dont les d'Andigné sont les vassaux. Ils doivent lui rendre « foi et hommage », en échange de quoi ils bénéficient de l'usufruit. Jacquelin d'Andigné y vécut probablement vers 1200, puis son fils Guérin d'Andigné vers 1250, Guérin II d'Andigné vers 1300, et enfin Jacquelin II d'Andigné vers 1350. Le domaine comptait un petit château ou plus probablement une maison forte, ainsi que certainement des fermes, des métairies et une chapelle.

1400-12-01 00:00:00

Les Seigneurs Montmorin et St Nectaire 1400-1489

Messire Pierre de Montmorin est conseiller et chambellan de Louis XI (jusqu'en 1450 environ). Son neveu Jehan de Montmorin, écuyer reprend à sa mort la gestion de Cangé (jusqu'en 1480). Plus tard, il s’allie à la famille St Nectaire : Jehan de Montmorin et Jehan de Saint Nectaire sont coseigneurs. Le domaine devient, sous la gestion des Montmorin, la « Terre et Seigneurie de Cangé ».  

1489-12-01 00:00:00

Les Seigneurs Coningham 1489-1679 Jean de Coningham :

Ce nouveau seigneur de Cangé est le fils de Robert de Coningham, illustre personnage de la garde écossaise qui participa avec bravoure en 1449 au siège de Rouen, au service du roi Charles VII. Le roi Louis XI, successeur de Charles VII, reconnaît ses mérites et lui accorde la capitainerie de la garde écossaise. Jean de Coningham succède à son père au grade de capitaine de la garde écossaise sous Louis XI. Il est reconduit dans cette charge par Charles VIII. Il fut également conseiller et chambellan des deux rois, nommé Marquis de Cangé et bailli de Chartres. Lorsqu'il s'installe à Cangé il tient à ce que le domaine rayonne de puissance, et remplace l'ancienne maison forte, qui servait d'hébergement, par un château féodal. Voici les premières pierres du château de Cangé.  

1500-01-01 00:00:00

Pierre Ier de Coningham

Pierre Ier de Coningham est chevalier de l'ordre du roi, Il est reçu en 1518 dans le corps des 100 hommes d'armes de la maison du roi de France, François Ier, charge qu'il conserva pendant 40 ans. Il est aussi nommé capitaine du château de Tours. Il épouse en premières noces Charlotte Bohier, nièce de Thomas Bohier, seigneur de Chenonceau, issu d'une famille experte dans l'art de bâtir. Avec l'aide de ce dernier il achève la construction du château de Cangé avec l'aile de la Renaissance. Plus tard, il élèvera le domaine au rang des seigneuries titrées de « châtellenie ».

1518-01-01 00:00:00

Pierre II de Coningham

Le fils de Pierre de Coningham hérite du domaine en 1566. Il fut lieutenant de la compagnie des cent pistoliers, commandée par son oncle Honorat du Bueil, puis participe aux guerres de religions. En 1570 il est fait capitaine puis gouverneur du château de Tours. En 1584 il devient conseiller et chambellan de Monseigneur, frère unique du roi Henri III, François de Valois. 1595, Pierre II de Coningham décède.  

1566-11-01 00:00:00

Antoine de Coningham

Son fils est le quatrième seigneur de Cangé du nom, et se fait d'ailleurs appeler Monsieur de Cangé. Il est promu gentilhomme de la chambre du roi de France Henri III. Ce chevalier est hautement apprécié pour ses services rendus à l'état. Il fut conseiller du roi Louis XIII, bailli d'Amiens et capitaine de 50 hommes d'armes des ordonnances de Sa Majesté. Malgré ces importantes fonctions il resta cependant très attaché à la Touraine. Il fait construire dans une cour une nouvelle chapelle. Le domaine est désormais reconnu sous le nom de « Cangé-Le-Noble ».

1595-01-01 00:00:00

Louis de Coningham

Chevalier, reconnu seigneur de Cangé en 1639. Pas de changement dans l'architecture.  .

1639-01-01 00:00:00

Charles de Coningham

Dernier Coningham propriétaire de Cangé-le-Noble, il vit peu au château et porte le titre de Marquis de Cangé. C'est le temps de la colonisation. Il investit dans les affaires, notamment dans des concessions en Inde et au Canada, et doit vendre petit à petit des propriétés, morcelant le domaine familial. Il meurt couvert de dettes et sans descendance.

1679-12-04 00:00:00

Michel Nicolas de La Londe  1679-1689

En avril 1679, Cangé est acheté par le seigneur Michel Nicolas de La Londe. « Ingénieur ordinaire du Roy », expert en sciences mathématiques et hydrauliques, il fait partie de l'élite de la France sous l'Ancien régime. Il travaille sous la tutelle de Sébastien Le Preste de Vauban, Maréchal de France sous Louis XIV, qui le tient en haute estime et lui confie notamment la direction générale de la fortification de Lille. En récompense de ses travaux il est fait écuyer par lettre d’anoblissement en 1677. Il s'unit la même année à Marie Laurancin, fille d'un conseiller du roi. Le couple achète Cangé le 8 avril 1679. Bien qu'ils occupent un appartement dans l’hôtel des inspecteurs au château de Versailles, pendant 9 ans, La Londe travaillera avec son épouse à redonner sa splendeur au château de Cangé, délaissé par son dernier propriétaire. Cependant ils n'interviendront pas sur le domaine proche. La Londe meurt en octobre 1688 au siège de Philippsbourg. A sa mort sa femme hérite du domaine. Elle épouse en secondes noces Gaspard Sigismond de Wendt.

1689-12-04 00:00:00

Gaspard Sigismond, Baron de Wendt

Marie Laurancin, veuve de Michel Nicolas de La Londe, se remarie avec Gaspard Sigismond de Wendt, qui devient ainsi le propriétaire du domaine en juin 1689. Elle s'installe à Cangé. Le couple est proche de Monsieur, Philippe Ier Duc d'Orléans, et de la Duchesse Palatine, dont Gaspard Sigismond avait été le page estimé dans sa jeunesse, et pour qui, plus tard, il fit office de secrétaire allemand, d'écuyer et de maître d’hôtel. De Wendt réside le plus souvent à Hanovre ou à la cour d'Orléans, quand il n'est pas en déplacement en Allemagne pour le compte de la duchesse. Aussi donne-t-il à son épouse une « procuration générale et spéciale » pour gérer la terre de Cangé. Marie Laurancin meurt en 1698. Wendt reste propriétaire d'usufruit. De Wendt marie leur fille Philippine Charlotte à Jean Pierre Gilbert Chastre Imbert en octobre 1711, à qui revient Cangé (le fils aîné de Wendt décède en 1712). Gaspard Sigismond conserve le titre de Seigneur de Cangé jusqu'à sa mort. Veuf, il s'installe définitivement auprès de la duchesse Palatine. Il reçoit de Louis XIV ses lettres de naturalisation, puis à la mort de la Duchesse, est fait Baron.  

1712-12-04 00:00:00

Jean Pierre Gilbert de Chastre

Courant 1712, De Wendt laisse le château à sa fille et à son mari, Jean Pierre Gilbert de Chastre. Le couple ne fait pas de Cangé sa résidence principale mais l'occupe le plus souvent possible. Jean Pierre Gilbert de Chastre est le petit-fils d'un officier de santé du Duc d'Anjou (frère unique du roi Louis XIV). Son père est 1er apothicaire de Philippe 1er Duc d'Orléans, Monsieur, et, à la fin de sa vie il aura été écuyer, conseiller et secrétaire du roi. Sa mère est 1ere dame de chambre de Madame la Duchesse d'Orléans, femme de Monsieur. Il grandit donc dans l'entourage de cette famille princière. Jean Pierre, devient en 1704, comme feu son père, 1er valet de chambre de Monseigneur Philippe II Duc d'Orléans, neveu de Louis XIV. Plus tard il est fait écuyer. Il ajoute la particule « de » à son patronyme et devient« de Chastre de Cangé ». En 1722 il est fait maire de Tours. Puis il entre à la maison du roi comme commissaire des guerres. Louis XV le fait 1er valet de la garde-robe du roi.

1746-12-04 00:00:00

Antoine Girollet

L'avant dernier propriétaire de Cangé sous l'Ancien Régime est issu d'une illustre famille de Tours. Il est maître fabriquant en soierie. Il passe beaucoup de temps dans une closerie familiale où sont installés sa sœur et son beau-frère : La Grande Cour (de nos jours Grand Cour). Louis XV le nomme « trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Tours ». Puis écuyer et conseiller du roi. Cangé était particulièrement dégradé, et beaucoup de travaux étaient nécessaires, voir urgents, pour le remettre en état mais très peu seront accomplis. Il arrive à Cangé le 22 novembre 1746 et en part le 17 mai 1766 sans avoir beaucoup marqué la destinée du domaine.  

1766-12-04 00:00:00

Charles François de Sevelinges

Charles-François de Sevelinges vient résider en Touraine sous le nom de Seigneur de Cangé. Plusieurs réparations restent urgentes. Il remanie le château, embellit le site, et revalorise le domaine viticole. Il construit notamment une nouvelle chapelle attenante au bâtiment féodal et agrandit l'aile renaissance en y ajoutant un pavillon « en sailli » timbré à ses armoiries. Sevelinges est élu maire de Saint-Avertin (premier maire depuis la constituante du 14 décembre 1789). Il est déchargé de son mandat en 1782 mais ne fut pas vraiment tourmenté par les événements révolutionnaires qui se déroulaient. Il est d'ailleurs épargné par les événements qui bouleversent la société de cette époque et réussit même à sauver les armoiries sur le nouveau pavillon du château. Cependant, la demeure perd son titre de « Cangé-Le-Noble » pour devenir la « ci-devant maison de Cangé ». Sevelinges décède dans sa 82eme année. Nous sommes le 24 janvier 1795. Après concertation les héritiers mettent la propriété en vente le 13 septembre 1804.  

1804-12-04 00:00:00

Le Sieur Louis-Joseph du Plessis-Mauron, Comte de Grenédan

Le Comte de Grenédan rachète une partie des biens, dont le château (appelé alors « la Belle Terre de Cangé »). Il est élu maire de Saint-Avertin de 1807 à 1810. Il revend le domaine le 21 août 1810.

1810-12-04 00:00:00

Mathieu Baron de Rodde

Le Baron de Rodde passera 8 années à Cangé. Né Allemand à Lübeck, il est le premier propriétaire protestant du domaine. Il fait aménager une rampe d’accès taillée partiellement dans le roc entre la route menant de Tours à Nevers et le château. Anobli Baron par l'Empereur d'Autriche, il est élu maire de Saint-Avertin du 1er janvier 1813 au 24 janvier 1819, charge qu'il abandonne durant la période des « cents jours » où Louis XVIII laisse la place à Napoléon.  

1818-12-01 00:00:00

Edmond Viot et Emilie Celeste Prudhomme

Edmont Viot est négociant. Il s'installe à Cangé avec sa femme Émilie Céleste Prudhomme le 15 octobre 1818 et le couple marquera la propriété par l'ajout d'une antichambre au nord du bâtiment féodal. Il devient maire de Saint-Avertin en janvier 1819. Appelé à siéger à la mairie de Tours en tant qu'adjoint au maire, il vend Cangé en 1832.

1832-12-04 00:00:00

Philippe Panon Desbassayns, Comte de Richemont

Héritier d'une famille de Provence installée sur l'île Bourbon (actuellement la Réunion), Philippe Panon Desbassayns étudie dans les écoles militaires de Sorrèze et de Metz. Tout au long de sa carrière il cumule les postes à responsabilité et les titres honorifiques : il est nommé Capitaine de la Garde Nationale de Paris, administrateur des établissements français dans l'Inde avec rang de commissaire général à Pondichéry, décoré de l'Ordre du Lys, nommé en 1816 Commissaire Général ordonnateur de la marine, et Colonel de la garde nationale. Plus tard, en 1826, il est fait Commandeur de l'Ordre Royal de la Légion d'Honneur. Il abandonne toutes ses fonctions officielles en 1830. Il achète Cangé au début de l'année 1832 et s'y installe avec sa femme Jeanne Eglé Fulcrande Catherine Mourgue et leurs enfants. Le couple est proche de Napoléon Ier et Joséphine. Le couple est apprécié et le château devient un haut lieu de convivialité. Le comte de Richemont œuvre pour instituer l'école gratuite à Saint-Avertin, projet qui aboutira le 7 décembre 1833. Passionné de botanique, Il fait construire sur le domaine une orangerie, des serres chaudes et des jardins d'acclimatation, fait creuser un bassin et redessine entièrement le parc. Richemont meurt le 7 novembre 1840. Son exécuteur testamentaire est son fils Eugène. Comme stipulé dans son testament, 20000 francs sont utilisés « en faveur des pauvres ». Ils servirent à la fondation de 2 classes de filles et de garçons ainsi qu'une classe adulte. La comtesse Eglé de Richemont meurt le 20 mars 1855. Napoléon III et l'impératrice lui rendront hommage. Les héritiers ne gardent pas le château. Il est vendu en 1856 à Maurice Cottier. À noter : Paul, le petit fils de Philippe, sera maire de Saint-Avertin dès 1847 et pendant 23 ans (le plus long mandat jusqu'à aujourd'hui), député puis sénateur. Il fera refaire le chemin de l'Écorcheveau comme on le connaît aujourd'hui. Il meurt en décembre 1875.  

1856-12-04 00:00:00

Maurice Cottier et Jenny Conquéré de Monbrison 

Maurice Cottier et Jenny Conquéré de Monbrison rachètent le domaine de Cangé à la famille de Richemont à la fin de l'année 1856. Issu d'un milieu aisé, Cottier est un grand amateur et collectionneur d'art. Il s'investit également dans le monde de la peinture en participant comme jury à plusieurs expositions (notamment à l'Exposition Universelle de 1873 à Vienne), ou en participant à l'organisation des fameux « Salons ». Il est le propriétaire d'une riche collection de peintures et de sculptures, réunissant entre-autres des œuvres de Géricault, Ingres ou encore Delacroix, qu'il expose dans sa galerie personnelle, rue de la Baume à Paris. Cottier partage sa passion pour l'art avec son neveu Edouard André, marié à la très célèbre Nélie Jacquemart (eux-mêmes propriétaires de ce qui deviendra le musée Jacquemart-André à Paris), et achète avec lui en 1872 la plus prestigieuse revue d'art de l'époque «  La Gazette des Beaux-Arts ». Son implication dans les milieux artistiques le mène à la Présidence du cercle de peinture de la place Vendôme ainsi qu'à celle de la Société des Amis des arts de la Touraine. Cangé sert de résidence secondaire au couple . De confession protestante, ils font démolir la chapelle élevée par Sevelinges un siècle auparavant. Ils ajoutent une tour polygonale abritant un escalier à vis en pierre sur la façade sud du château tandis que le pavillon adjacent est légèrement agrandi. Maurice Cottier est élu maire de Saint-Avertin en 1871, charge qu'il assumera jusqu'à sa mort en 1881. À la mort de son mari, Jenny Conquéré décidera d'ouvrir le parc du domaine de Cangé au public. À sa mort, le 22 juin 1903 rue de la Baume à Paris, Cangé revient pour le tiers à sa fille et son mari.

1904-12-04 00:00:00

Le Comte Paul de Pourtalès et la Comtesse Marguerite de Pourtalès

Cangé est acquis finalement par Marguerite Cottier et son mari, le Comte Paul de Pourtalès. Paul sert pendant 30 ans dans la cavalerie militaire. Il est Capitaine d'un régiment de hussards. Il démissionne en 1907 pour s'installer à Saint-Avertin. Avec sa femme, ils poursuivent l'amélioration du confort intérieur du château. Ils organisent des matinées et des goûters mondains avec divertissement, des matinées musicales. Un film muet en noir et blanc fut tourné à Cangé et présenté aux habitants de Saint-Avertin. En janvier 1911 le premier véhicule automobile entrait à demeure à Cangé. Pourtalès est aussi un passionné du monde hippique et crée avec Marcel Caillault des écuries de course qui remportent, à l'époque, un franc succès. Membre du très prisé Jockey club, il fait édifier un haras à Cangé. Durant la première guerre mondiale, il se voit confier un poste au comité du cheval de guerre. Il devient maire de Saint-Avertin du 8 novembre 1896 au mois d'août 1911. Paul meurt le 26 octobre 1933 à Cangé, Marguerite le 23 mai 1935 à Paris. Les héritiers mettent Cangé en vente en enlevant une partie des meubles, mais en 1940 il n'y a toujours aucun acquéreur...

1940-06-11 00:00:00

Cangé pendant le guerre 

Le Président Albert Lebrun, son épouse et les services de l’Élysée s'installent pendant 4 jours à Cangé. Paris était menacée par la Wehrmacht. 2 conseils des ministres y tinrent place le 12 juin et 13 juin 1940, dans le salon donnant sur le Cher (Grand Salon).

1944-03-23 00:00:00

Jean Guihard et Jean Guillay

1946-02-06 00:00:00

Jean Guillay et Marcelle Réaux

1974-04-12 00:00:00

Marie Papin et Marcel Guilbaud

1978-06-20 00:00:00

Un incendie à Cangé

Un violent incendie détruisit partiellement le château dans la nuit du 20 au 21 juin 1978. Il devient alors propriété de la ville. L'acquisition fu signée le 29 août 1980 par le maire Daniel Huard.  

2007-01-01 00:00:00

Le sauvetage de Cangé 

La municipalité, sur une proposition de la société archéologique de Touraine, décide de remettre le château dans l'état où il était lorsque s'y déroula l’événement le plus historique, à savoir les 3 derniers conseils des ministres de la IIIème République. (Partie ouest sinistrée)

2012-11-12 00:00:00

Un projet pour Cangé

En 2010, sous l'impulsion du maire Jean-Gérard Paumier, des travaux de restauration et de remaniement sont engagés au château de Cangé afin d'accueillir la médiathèque de la ville de Saint-Avertin.

2012-12-28 00:00:00

Ouverture de la Médiathèque

Le 28 décembre 2012 la Médiathèque ouvre ses portes dans un Cangé entièrement rénové.

2013-07-01 00:00:00

Inauguration de la Médiathèque

Inauguration officielle de la Médiathèque Saint-Avertinoise

Histoire de Cangé

Launch
Copy this timeline Login to copy this timeline 3d

Contact us

We'd love to hear from you. Please send questions or feedback to the below email addresses.

Before contacting us, you may wish to visit our FAQs page which has lots of useful info on Tiki-Toki.

We can be contacted by email at: hello@tiki-toki.com.

You can also follow us on twitter at twitter.com/tiki_toki.

If you are having any problems with Tiki-Toki, please contact us as at: help@tiki-toki.com

Close

Edit this timeline

Enter your name and the secret word given to you by the timeline's owner.

3-40 true Name must be at least three characters
3-40 true You need a secret word to edit this timeline

Checking details

Please check details and try again

Go
Close