Les contributions des femmes à l'éducation des adultes

;xSTx;img src="http://archives.cdeacf.ca/fichiers/images/ICEA/Logo-Service-aux-collectivites-UQAM.jpg" alt="logo du service aux collectivites UQAM";xETx;;xSTx;img src="http://archives.cdeacf.ca/fichiers/images/ICEA/Outlook-hyl3nrt4.png" alt="logo de l'icea";xETx;;xSTx;img src="http://archives.cdeacf.ca/fichiers/images/ICEA/CDEACF_logo-1013-RGB-WEB3.png" alt="logo du cdeacf";xETx;;xSTx;br;xETx;;xSTx;br;xETx;Cette ligne du temps rend visible l'apport d'un grand nombre de femmes à l’éducation des adultes à travers le temps. ;xNLx;Elle fait suite à la création d’une ligne du temps de l’histoire de l’éducation des adultes créée par l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) pour souligner ses 70 ans d’existence. Suite à ce projet stimulant, certaines membres de l’ICÉA lui ont demandé de mettre en lumière la contribution des femmes. Elles savaient d’expérience que plusieurs femmes ont créé des activités éducatives pour adultes sans que leurs initiatives soient bien connues.;xNLx;Si le travail des femmes en éducation est moins connu que celui des hommes, leur contribution à l’éducation des adultes l’est encore moins, notamment à cause d’une double contrainte. Tout d’abord l’éducation des adultes est en soi peu reconnue, encore aujourd’hui. Ensuite, l’apport des femmes à l’histoire reste toujours un défi à relever, et ce, dans plusieurs domaines.;xNLx;Différents critères ont guidé les choix des événements retenus dans la ligne du temps. Tout d’abord, elle se concentre sur ce qui a été fait au Québec depuis 1946. Cette date a été choisie pour deux raisons. Dans un premier temps, c’est l’année de création de l’ICÉA. Ensuite, cette période d’après-guerre a vu naître divers projets d’éducation des adultes et plusieurs associations de femmes. ;xNLx;Parmi les autres critères, la ligne du temps porte davantage sur les événements collectifs que sur les femmes individuellement. Cette approche semble plus conforme à la philosophie même du mouvement des femmes. Le projet visait aussi à mieux représenter les contributions des femmes minorisées, notamment les Autochtones, les femmes racisées, les immigrantes, les lesbiennes, bisexuelles et transgenres, les femmes en situation de handicap, les femmes de classes défavorisées et celles qui sont cheffes de famille monoparentale. Cette décision a été prise considérant que l’invisibilité des contributions des femmes n’est pas étrangère aux inégalités de genre. Ces dernières, croisées à d’autres facteurs de discrimination, augmentent cette invisibilité et nous souhaitons mettre en lumière ces «oubliées».;xNLx;La ligne du temps de la contribution des femmes, regroupe près de 170 libellés au moment de sa mise en ligne. Certains de nos libellés sont accompagnés d’extraits tirés d’histoires orales que nous avons recueillies dans le cadre de cette recherche. Cette méthode a été utilisée afin de générer des archives qui mettent en lumière des contributions moins visibles tout en donnant la parole à des contributrices de l’éducation des adultes. Les histoires orales en version intégrale sont aussi disponibles pour écoute sur la ligne du temps à la date à laquelle elles ont été recueillies.;xNLx;Cette ligne du temps gagnera à être peaufinée au cours des années à venir. D’autres entrées présentant la contribution des femmes à l'éducation des adultes pourront être ajoutées dans la mesure où elles seront accompagnées d’artefact, c'est-à-dire d'une image ou d'un lien. Vous pourrez vous-même proposer des ajouts en remplissant le formulaire disponible à http://cdeacf.ca/icea/contributions-femmes.;xNLx;Ce travail a été rendu possible grâce à un partenariat entre le Service aux collectivités de l’UQAM et l’ICÉA et le Programme d’aide financière à la recherche et à la création de l’UQAM volet Services aux collectivités. La recherche et la création des libellés ont été effectuées par Anaïs Le-Juez, étudiante à la maîtrise en éducation et formation des adultes à l’UQAM, Louise Brossard, chercheuse à l’ICÉA, Audrey Dahl, professeure en éducation et formation des adultes à l’UQAM, et le comité femmes de l’ICÉA. Un merci tout spécial à ses membres qui ont nourri ce projet de leur mémoire et conseils judicieux: Nicole Boily, Léa Cousineau, Paula Duguay, Danielle Fournier, Anne-Céline Genevois, Marie Leahey, Claudie Solar et Marie Thériault.;xNLx;Un grand merci à Lyne Kurtzman, responsable du Protocole UQAM/Relais-femmes du Service aux collectivités, pour son encadrement, son professionnalisme et sa rigueur.;xNLx;Merci aussi au CDÉACF qui rend possible la diffusion de cette ligne du temps.;xNLx;;xNLx;;xNLx;

1945-01-01 00:00:00

Yvette Charpentier: éducatrice syndicale

1946-01-01 00:00:00

Mary B. Jackson-Fowler, première diplômée en génie mécanique

1946-01-01 00:00:00

Alma Lepage, première diplômée des HEC

1947-01-01 00:00:00

Centre social d’aide aux immigrants

1948-01-01 00:00:00

Débat sur l’accès des filles à l'éducation

1955-01-01 00:00:00

L'éducation supérieure pour les filles

1960-01-01 00:00:00

Le rôle des religieuses dans l'éducation des filles

1960-02-01 11:18:08

Madeleine Joubert

1963-01-01 00:00:00

Mixité dans les institutions d'éducation

1964-01-01 00:00:00

Le Rapport Parent et les femmes

Les contributions des femmes à l'éducation des adultes

Launch
Copy this timeline Login to copy this timeline 3d