Calendrier de l'internement

De 1912 à 1944 la chronologie des principales mesures d'internement en France Première partie ==> 1940

La retirada

La Retirada, du mot « retraite » en espagnol, est l'exode des réfugiés espagnols de la guerre civile. À partir de février 1939, ce sont plus de 450 000 républicains qui franchissent la frontière franco-espagnole suite à la chute de la Seconde République espagnole et à la victoire du général Franco. Les autorités françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars, ce sont 264 000 Espagnols qui se serrent dans les camps des Pyrénées-Orientales quand la population départementale s’élève à moins de 240 000 personnes.

Le camp de Rieucros

Le camp de Rieucros Département et territoire : Lozère (48), sur la commune de Mende. Dates d’activités : ouverture le 21 janvier 1939, devient un camp pour femme le 2 octobre 1939, fermeture en mars 1942. Superficie : 14 baraques et deux bâtiments en pierre. Capacité d’accueil : en juin 1940 ; 570 femmes et 42 enfants. Catégorie : successivement: "centre spécial d'hébergement", camp d'internement, camp de concentration: camp répressif. Populations : les indésirables placés en "assignation à résidences" ici la résidence est un camp. Premières détenues, femmes clandestines étrangères raflées à Paris; rapidement rejointes par des républicaines espagnoles, militantes antifascistes d'Europe centrale, des tsiganes puis des françaises communistes et anarchistes, et à partir de 1940 des juives étrangères indésirables et antinazies.

1912 première mesure

1912 : Loi ordonnant le fichage systématique des Tsiganes, le nomadisme est interdit en temps de guerre, cette loi permettra l’internement de plus de 5000 Tsiganes durant la guerre. Une très faible minorité de Tsiganes français sera déportés

Décret Daladier

Décret-loi du 2 mai 1938, dit décret Daladier: Autorise les préfets à assigner à résidence les réfugiés et demandeurs d'asile.

Centres d'internement

12 novembre 1938 : Institution des centres d'internement.

Le camp d'Agde

Département et territoire : Hérault (34) Dates d’activités : ouverture en février 1939, démantelé en novembre 1942 Superficie : Capacité d’accueil : 15 à 18 000 personnes. Catégorie : camp répressif. Populations : Républicains espagnols, Allemands du Palatinat et de la Sarre, Tchèques, Juifs.

Le camp d'Argelès-sur-Mer

Département et territoire : Pyrénées Orientales (66) Dates d’activités : ouverture en février 1939, fermeture en octobre 1941. Superficie : Capacité d’accueil : 14.000 personnes; 100.000 personnes à Argelès-sur-Mer (plages). Catégorie : centre d’hébergement. Populations : Républicains espagnols, Tsiganes, refoulés de la Zone Occupée et "les étrangers paisibles internés pour indigence".

Le camp de Gurs

Département et territoire : Basses Pyrénées (Pyrénées Atlantique (64)), sur terrains communaux de Gurs, Dognen et Préchacq-Josbaig. Dates d’activités : début construction 15 mars 1939, ouverture le 5 avril 1939, fermeture le 25 août 1945. Superficie : 80 hectares, 428 baraques. Capacité d’accueil : 15 à 18 000 personnes. Catégorie : camp « semi-répressif », centre d’hébergement, puis centre de triage national, camp de transit. Populations : Membres des Brigades Internationales, républicains Espagnols, Juifs allemands et ex-autrichiens, Gitans.

Décret loi du 12 avril 1939

Le décret Daladier du 12 avril 1939 prescrit, dans son article 2, que « les étrangers sans nationalité et les autres étrangers bénéficiaires du droit d’asile sont soumis à toutes les obligations imposées aux Français par la loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation de la nation en temps de guerre. Ils peuvent faire l’objet de réquisitions individuelles ou collectives, générales ou locales, fondées sur la nationalité, sur l’âge ou sur la profession ». L’article 3 indique que les étrangers de sexe masculin, âgés de 20 ans à 48 ans, sont tenus de « fournir dès le temps de paix aux autorités militaires françaises, pour une durée égale à la durée du service imposé aux Français, des prestations dont le caractère et le mode d’exécution sont déterminés par décret ».

Décret-loi du 6 avril 1940,

Décret-loi du 6 avril 1940, interdisant la circulation des nomades sur la totalité du territoire métropolitain. Ce décret dépasse le simple phénomène du contrôle des mouvements de populations en tant de guerre, en effet s’il se calque sur les dispositions de 1912, il visait bien l’éradication du nomadisme en France. Ce décret restera en vigueur près de dix mois après la fin de la guerre ; le camp d’internement pour Tsiganes de Poitiers n’a été liquidé qu’en décembre 1945 et les internés du camp d’Angoulême durent attendre le mois de mars 1946 pour être libéré

Launch
Copy this timeline Login to copy this timeline 3d

Contact us

We'd love to hear from you. Please send questions or feedback to the below email addresses.

Before contacting us, you may wish to visit our FAQs page which has lots of useful info on Tiki-Toki.

We can be contacted by email at: hello@tiki-toki.com.

You can also follow us on twitter at twitter.com/tiki_toki.

If you are having any problems with Tiki-Toki, please contact us as at: help@tiki-toki.com

Close

Edit this timeline

Enter your name and the secret word given to you by the timeline's owner.

3-40 true Name must be at least three characters
3-40 true You need a secret word to edit this timeline

Checking details

Please check details and try again

Go
Close